Décharge sauvage : La suite...

Cette histoire de décharge sauvage risque de devenir le feuilleton de l'année : les épisodes s'enchaînent...

La suite donc, mais sans doute pas la fin :  L'histoire pourrait être longue !

- Résumé des épisodes précédents : 

Depuis des années, des déchets en tout genre (issus du BTP) sont largués en pleine nature. Le site étant situé tout près de la carrière GSM et d'un champ appartenant à notre président, les mouvements des camions ne sont pas forcément discrets. Cette situation ne pouvait qu'attirer l'attention de l'association. Au début, on ne sait pas trop quoi faire ! On observe, on réprouve, on se dit que ce n'est peut-être pas si grave que ça, etc... Et puis, voyant que cela continue de plus belle et sachant que "goudron, pneus, plastiques" sont tout de même des déchets vicieux pour l'environnement, on en arrive à la conclusion qu'il faut faire quelque chose.

  p1080925.jpg     Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Alors on a saisi le maire du problème (cf. article correspondant).  Il nous a répondu que le site était exploité par la société ARLAUD-IRIBARREN et qu'il avait transmis les recommandations de la DDT concernant le site (cf. l'article "Le maire nous répond"). Mais cette réponse n'était pas satisfaisante car il était clair qu'on était bien face à une décharge sauvage mais aussi que la situation "pourrissait gentiment" avec un maire qui visiblement n'avait pas trop envie de faire usage de son pouvoir de police. Or, là est tout le problème : en premier lieu, c'est au maire qu'il appartient de faire respecter la législation sur les décharges sauvages. Transmettre à l'entreprise les recommandations de la DDT pour le site c'est bien, mais nettement insuffisant. Il devait agir pour que cela cesse.

Le 11 septembre 2011, il écrit à l'entreprise ARLAUD-IRIBARREN pour lui demander de mettre fin à ce stockage sauvage... Pour le dixième anniversaire de la chute des tours jumelles du World Trade Center, le courrier est beaucoup moins percutant ...!!! Et c'est seulement 9 mois plus tard (juin 2012) qu'il saisit la DDT du problème. Puis, en septembre 2012, il transmet les recommandations de la DDT à l'entreprise avant de retomber dans une léthargie dont nous le ressortons par notre courrier du 15 mars 2013. Il s'est donc écoulé 18 mois (septembre 2011 - mars 2013) pendant lesquels les déchets continuaient d'envahir le site.

C'est ce délai, beaucoup trop long à nos yeux, qui nous pousse à penser que le maire n'a pas très envie de faire usage de ses pouvoirs de police. Il serait pourtant simple de contraindre l'entreprise à cesser la pollution du site et à le remettre en état dans l'intérêt de l'environnement...

          p1080961-1.jpg

- Les dernières nouvelles du front :

Face à cette situation, nous avons pris rendez-vous avec la DDT pour aborder le dossier de vive voix. La rencontre a eu lieu récemment et nous avons bon espoir de voir évoluer la situation. La DDT est au courant du problème et paraît décidée à reprendre le dossier en main bien que cela ne soit pas simple... A leur décharge (et oui, il fallait oser : jeu de mot facile auquel je n'ai pas pu résister), il faut avouer que la partie n'est pas facile pour eux. La décharge sauvage est située sur un terrain privé et ils ne sont saisis d'aucune plainte leur permettant d'agir.

- Petite digression en passant :

Le problème des décharges sauvages est un problème national. Il existe dans pratiquement tous les départements français et de façon "intense" dans quelques uns d'entre eux. C'est le cas du Var qui est particulièrement touché. Des dizaines de décharges sauvages y sont répertoriées. Quel que soit l'endroit la motivation est toujours la même : L'ARGENT. Mettre les déchets dans les décharges légales a un coût que beaucoup d'entreprises jugent trop élevé. Parallèlement à cela, des propriétaires de terrains peu scrupuleux autorisent des entreprises à déverser leurs déchets moyennant une redevance pouvant être 10 à 20 fois moins chère que dans une décharge autorisée.

Samedi 4 mai, France 2 a diffusé un excellent reportage sur le sujet dans son émission "Envoyé Spécial : La suite" que l'on peut revoir sur internet. Les similitudes avec notre cas sont troublantes même si l'ampleur n'est pas équivalente.

Pour St Maurice, le terrain appartient à l'entreprise ARLAUD-IRIBARREN qui trouve donc là un moyen d'entasser ses déchets gratuitement, économisant ainsi le prix qu'elle devrait normalement payer pour les mettre dans une décharge légale. On est autorisé à penser que les sommes en jeu sont loin d'être négligeables. Pour autant, on est face à une entreprise qui n'hésite pas à polluer un site plutôt que de gérer ses déchets de façon responsable et écologique...

          p1080945.jpg                              p1080958.jpg

- Un peu d'humour (?) pour finir :

Dès lors que penser de cette entreprise qui pollue sans vergogne l'environnement avec des déchets toxiques tout en affichant un discours vertueux vis à vis du même environnement ?. Ci-dessous un panneau publicitaire de l'entreprise que l'on peut "admirer" non loin de St Maurice :

ai-avenir-durable.jpg ai-avenir-durable.jpg                        cliquer sur le fichier pour ouvrir la publicité...

De quel avenir durable l'entreprise souhaite-t-elle être partenaire ? Prépare-t-on un avenir durable en polluant honteusement sols, ruisseaux et nappes phréatiques ? Parler d'avenir durable, le revendiquer comme valeur d'entreprise et, dans le même temps, déverser ses déchets au milieu de la nature en se moquant des conséquences environnementales (le ruisseau de la Ménophe est aux pieds du site et la nappe phréatique juste en dessous), il faut OSER !!!

                            --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En guise de conclusion (provisoire), nous avons l'espoir que le DDT de la Vienne se penche sur ce dossier et puisse pallier à l'inactivité du maire. Car, en pareil cas, c'est aux services du Préfet qu'il appartient de faire respecter la loi. Bien entendu, nous suivrons l'affaire de près et ne manquerons pas de vous tenir informés de l'évolution.

Au prochain épisode donc...!!!

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site