Des huiles renouvelables.

Samedi 11 janvier 2014, une inauguration officielle a eu lieu à la déchetterie de GENCAY... Oh, pardon : sur le site  du Poirier !

Ca sonne mieux  à l'oreille et ça donne une image plus positive de l'endroit où on entasse les rebuts de notre consommation débridée. En y adjoignant un garage intercommunal et des bâtiments couverts de panneaux photo-voltaïques, ça change tout. L'endroit devient idéal et permet au Président de la communauté de commune d'inviter la quasi-totalité des huiles du secteur pour inaugurer les bâtiments photo-voltaIques, le garage intercommunal et la voiture électrique achetée par la communauté de communes : les maires de la communauté de commune, le Président du syndicat mixte du Pays Gencéen (André SENECHEAU), le conseiller général et Président du groupe Energies Vienne (Arnaud LEPERCQ), le Président du directoire de Sergies et gérant de Sun-Poitou (Emmanuel JULIEN), le député (Jean-Michel CLEMENT), le sénateur (Alain FOUCHE), le Président du Conseil Général (Claude BERTAUD), la Présidente du Conseil Régional (Ségolène ROYAL), la Préfète (Elisabeth BORNE), sans oublier les notables du secteur. Rien que du beau monde !  Et, si l'on considère que ces élites sont régulièrement élues - réélues - nommées - reconduites - remplacées (rayer la mention inutile), on peut affirmer sans rire (ou presque) que ces huiles sont renouvelables et qu'il n'y a pas encore lieu de s'organiser pour sauvegarder l'espèce...

Dommage que ceux qui règlent l'addition de tout cela, les citoyens, n'aient pas été conviés à la cérémonie (Mais il faut se mettre à la place des organisateurs : comme beaucoup de citoyens s'appauvrissent, ils auraient été capables de manger une quantité conséquente de petits fours et de boire dans les mêmes proportions, aggravant ainsi lourdement la facture du verre de l'amitié ! Certes, ils n'en ont pas vu la couleur... mais qu'ils se rassurent : ils ont quand même un peu participé à l'inauguration en payant la facture du traiteur !). Inauguration privée car l'entrée était sur invitation cartonnée... Aucune annonce à l'exception peut-être de quelques lignes sur le site de la préfecture et un entre-filet dans la oresse qui signalait que la déchetterie serait fermée le samedi ! Mais pas un mot sur l'inauguration dans la presse, rien sur le site des mairies, de la communauté de communes, du député, etc... un peu comme si une certaine honte régnait.

Résultat des courses ? 60 - 70 personnes sur le site. Difficile de considérer que ce fut un grand succès. Mais face à l'absence de certains invités de marque, au premier rang desquels la présidente de Région (assurément retenue sous d'autres cieux), et la faible représentation des 9 conseils municipaux de la communauté de commune, il ne pouvait en être autrement.  

                             

Alors, j'entends les plus impatients murmurer : "mais comment savez-vous tout cela ?"

Et bien, nous y étions ! Une invitation (cartonnée) nous est bizarement parvenue... Aussitôt, il nous est apparu qu'au milieu de tous ces présidents de ceci-celà, le nôtre devait être de la fête ! Et,  quitte à se rendre sur place, nous en avons profité pour distribuer un tract d'information sur le site et les alentours (Gencay - St Maurice) : cf. ci-dessous

                                           tract-enr-def2.doc tract-enr       (cliquer sur "tract-enr" pour lire le tract)

Car il est trop facile de faire l'apologie des énergies renouvelables dans la transistion énergétique (l'invitation portait le titre suivant : "Transition Energétique en Gencéen") sans se poser la question de savoir qui va payer tout cela. Les idées forces développées dans le tract :

- Center- Parc étant opposé aux éoliennes, ces dernières sont concentrées dans le Sud ! Des dizaines de projets sont en gestation un peu partout et, à terme, c'est plus de 100 éoliennes qui risquent d'envahir notre Sud-Vienne. Autour de GENCAY une douzaine de projets mijotent pour une bonne soixantaine d'éoliennes dont certaines (projet St-Secondin La-Ferrière-Airoux) de 180 m de haut qui seraient les plus hautes de France...

- L'électricité produite est acheté au producteur plus chère qu'elle n'est revendue aux consommateurs : 85 € le Mégawatt.heure pour l'éolien et entre 150 et 300 € en photo-voltaïque alors que l'électricité nous est revendue 60 € en heures creuse et 98 en heures pleines. La différence est demandée aux consommateurs, c'est à dire à nous tous !

- Cette situation profite le plus souvent à des entreprises privées qui se retrouvent dans une situation rêvée : un seul client, obligé de racheter toute la production à un prix supérieur à celui du marché ! Quel industriel refuserait pareil privilège ? On "gave" des privés avec de l'argent public. Elle est pas belle la vie des producteurs d'électricité ?

- Panneaux photo-voltaïques et éoliennes rapportent beaucoup d'argent aux collectivités locales que sont la commune, la communauté de communes, le Conseil Général et le Conseil Régional. Par exemple, chaque éolienne génère entre 20.000 et 30.000 € par an à répartir entre ces 4 collectivités. On voit que l'argent n'est pas perdu pour tout le monde. Mais chut ! Le politiquement correct empêche nos élus d'en parler : ça la "foutrait mal" de dire qu'on veut du photo-voltaïque et de l'éolien pour l'argent que cela fait rentrer dans les caisses... Alors on se gargarise de beaux mots : développement durable, transition énergétique, avenir des générations futures, etc...

- Développer ces techniques coûte fort cher en aménagements divers (adaptation des réseaux de transport et de distribution, transformateurs, poste de livraison, lignes à enterrer, etc...), aménagements pris en compte par EDF ou les distributeurs qui se remboursent sur le dos des citoyens via la CSPE (Contribution au Service Public de l'Electricité. On y reviendra un jour, promis). Pendant ce temps là, leprix de l'électricité flambe et il y a de plus en plus de gens qui ne peuvent plus suivre (on les baptise "précaires énergétiques" : c'est joli non, pour dire qu'ils ne peuvent plus se chauffer correctement ? Il y aura bientôt 6 millions de français dans ce cas !)

- De plus en plus de pays arrêtent de subventionner le développement des énergies renouvelables car cela coûte une fortune pour une énergie produite en très petite quantité et aussi parce que cela aboutit à une augmentation des gaz à effet de serre alors que c'est justement l'inverse qu'on recherche pour lutter contre le réchauffement climatique.

Voilà, brièvement résumé, la situation. Nous sommes convaincus que c'est pure folie de poursuivre dans cette voie...

Il est probable que la presse se fasse l'écho de cette inauguration mais sans doute sans forcément mentionner que tout le monde ne pense pas de la même façon et qu'une distribution de tract a été effectuée pour faire entendre un autre son de cloches... (une cloche en valant bien une autre !).

                           

A bientôt.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site